postheadericon REBEL Jean-Féry : Les caractères de la Danse – La Terpsichore

Les caractères de la danse - La terpsichoreLES CARACTERES DE LA DANSE, fantaisie.

Paris, l’auteur, Le Clerc, 1715. Edition en partition. (Réf. 50526).

La préface de Dona Borel rend compte des coups d’archet habituels à ces danses, d’après les ouvrages théoriques français du XVIIIe siècle, qui traitent ce sujet. C’est un complément très utile à notre publication.

Les Caractères de la Danse

Les Caractères de la Danse, fantaisie publiée en 1715, connurent un succès immédiat. La composition en est très originale, et unique : dix danses françaises qui s’enchaînent et sont donc jouées sans interruption ; deux brefs mouvements de sonate italienne s’intercalent à la fin de l’œuvre. Cette œuvre était à l’origine destinée à être dansée, et les meilleures danseuses françaises de l’époque l’ont interprétée : par exemple, Mademoiselle Sallé ou la Camargo. A Paris, elle fut dansée à l’Académie Royale de Musique (Opéra), au Théâtre-Italien ou à la Comédie Française, mais elle fut aussi donnée à l’étranger.

Quels effectifs peut-on utiliser ?

Bien que notée en effectif réduit, la partition éditée est visiblement conçue pour un orchestre : flûte soliste et basse jouée par les violons pour la sarabande – gigue et gavotte jouées par les violons – deux parties de hautbois soutenues par les bassons pour le passepied – et particulièrement la première partie dessus de la musette jouée par les hautbois et la seconde par les violons. On voit donc qu’il y avait plusieurs violons, plusieurs hautbois et plusieurs bassons pour jouer chacune de ces parties. On pourra compléter la partition éditée par l’ajout de parties intermédiaires. Les parties séparées conservées à Agen et qui proviendraient de Dresde, confirment une orchestration, sans qu’il soit certain que ces documents soient des copies du matériel établi par le compositeur, et que nous ne possédons pas. On pourra compléter la partition gravée par l’ajout de parties intermédiaires.
Mais, telle qu’elle est publiée, on peut aussi jouer cette partition en musique de chambre, avec un petit effectif : 2 violons, une flûte, 2 hautbois, et une basse continue comprenant un violoncelle ou une viole, et un basson. La réalisation se fera au clavecin.

Aspect pédagogique de l’œuvre.

Pour les musiciens d’aujourd’hui, Les caractères de la danse offrent un indubitable aspect pédagogique : chaque danse présente un thème très caractérisé et les tempi sont habituels. Le fait qu’il faille enchaîner toutes les danses suppose que les interprètes aient acquis une maîtrise absolue de chaque tempo et de chaque caractère. Un effectif de musique de chambre permet cette utilisation de l’œuvre comme matériel pédagogique de premier plan.

Exemple d’enchaînement :

Exemple d'enchaînement

Tempi.

On notera les tempi qui caractérisent chaque danse, à l’époque de la composition de cette partition, compte tenu également des signes de mesure :

Prélude, à trois temps un peu lents (les croches inégales donneront plus de vie)
Bourrée, à deux temps rapides
Chaconne, à trois temps modérés
Sarabande, à deux temps lents
Gigue, à deux temps vifs sans excès
Rigaudon, à deux temps rapides
Passepied, à 3 temps rapides (jouer à un temps)
Gavotte, à deux temps modérés
Loure, à deux temps pesants
Musette, à deux temps modérés et gracieux

Les deux intrusions de sonate sont « fort et viste » (indication du compositeur).
Cette œuvre se contente de tonalités voisines, sans surprise. Ce n’est pas là que réside son intérêt.

Les éditions.

On possède deux tirages de l’édition originale : l’un de 1715, l’autre, que nous reproduisons, un peu plus tardif (après 1728), même s’il reprend la date de 1715.
Lors du premier tirage, Jean-Féry Rebel habitait dans notre actuelle rue des Petits-Champs, au coin de la rue Sainte-Anne. Le second tirage le localise rue Saint-Vincent, c’est la partie de l’actuelle rue Saint-Roch, comprise entre la rue de Rivoli et la rue Saint-Honoré.

LA TERPSICHORE, sonate.

Paris, veuve Foucault, 1720. Edition en partition. (Réf. 50526)

La Terpsichore

Nous avons jumelé les publications des Caractères de la Danse et de La Terpsichore, car cette dernière était la déesse antique de la danse. De plus, La Terpsichore, qui enchaîne également différents mouvements, comporte deux siciliennes, forme qui ne figure pas dans Les Caractères de la Danse. Mais aussi parce que La Terpsichore offre une gigue intitulée L’angloise, mais qui est une gigue typiquement italienne, alors que celle des Caractères de la danse est une gigue typiquement française. On a donc ainsi deux partitions complémentaires.

Gigue française des Caractères de la Danse :

Gigue française-Caractères de la Danse-Jean-Féry Rebel

Gigue à l’italienne de La Terpsichore :

Gigue italienne de La Terpsichore

Ceux qui s’intéressent à ce compositeur pourront lire l’excellent livre de Catherine Cessac : Jean-Féry Rebel, Paris, CNRS éditions, 2007.

Autres œuvres de Jean-Féry Rebel édités par Anne Fuzeau Productions :

Caprice (1711), Boutade (1712) - Présentation par Catherine Cessac. (Réf. 6190).

Recueil de douze sonates à II et III parties avec la basse chiffrée (1712). Intégralité des sources – Présentation par Catherine Cessac. (Réf. 6191).

Sonates à violon seul mellées de plusieurs récits pour la viole. Livre IIe (1713) – Présentation par Catherine Cessac. (Réf. 6159).

Fantaisie (1729), Les plaisirs champêtres (1734) – Présentation par Catherine Cessac. (Réf. 6158).

Laisser un commentaire